Valérie Jouve

Résonances

du  au 
Valérie Jouve appartient à cette génération d'artiste qui ont, en France dans les années 90, pris congé de la grande tradition de la photographie humaniste de reportage, sans pour autant mettre immédiatement au rebut les éléments essentiels et oujours utilisables de cette photographie.

Née en 1964, elle photographie avant tout des paysages, mais aussi des situations urbaines de haute densité, et ce, sur un mode documentaire. En même temps - et cela signifie le plus souvent : dans la même image - elle fait le portrait d'êtres humains qu'elle saisit dans un mouvement, une action, un regard en arrière, un rire, une avancée.

Le paysage et le portrait, deux thèmes classiques de la peinture et de la photographie, sont ici réunis, disposés dans une image qui déroule une mise en scène chorégraphique à l'avant et dans un espace urbain donné à voir. Le télescopage du reproduit et du mis en scène, le choc du cadre urbain de métropole contre l'expression d'un individu, de son geste ou de son action, ouvrent sur un espace fictif teinté de réalité où il est question, dans une grande tension, de la relation de l'espace et du temps et de ses résonances mais aussi de la relation que les hommes entretiennent avec leur environnement.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Valérie Jouve → Résonances
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2003/76_RESONANCES
imprimé le 18 novembre 2019 [15:39] depuis l'adresse IP : 3.92.92.168
© Institut d’art contemporain 2019