Cindy Sherman

Née en 1954 à Glen Ridge (New Jersey, États-Unis) 
Vit et travaille à New York (état de new York, états-unis)

Cindy Sherman étudie d'abord la peinture au State University College de Buffalo jusqu'en 1976. Un an plus tard, elle s'installe à Manhattan et sous l'influence de quelques-uns de ses condisciples (dont Robert Longo) elle découvre la photographie à travers les documents de l'art conceptuel. Elle s'intéresse alors à des artistes comme John Baldessari, Gilbert & George, William Wegman ou Eleanor Antin… En 1977, elle réalise sa première série reconnue internationalement, les Films Stills. Ensemble de photographies noir et blanc, dont l'unique modèle est l'artiste elle-même, les clichés rejouent dans des décors réels, les stéréotypes de la représentation féminine présents dans les films des années 1950. Si cette série connaît un certain succès, c'est surtout à partir de 1982 et sa participation à la documenta 7, à la Biennale de Venise et l'année suivante à la Biennale du Whitney Museum, que Cindy Sherman acquiert une dimension internationale qui ne fera dès lors que s'accroître. Exposée au MoMA de New-York et au Museum Boijmans Van Beuningen de Rotterdam en 1997, une rétrospective sur son travail a également voyagé aux États-Unis, en République Tchèque, en Espagne, en France, en Australie et au Canada. L'œuvre de Cindy Sherman fait aujourd'hui partie des collections des plus grands musées du monde.

Organisée par grandes séries, qui ne sont jamais nommées par l'artiste mais identifiées par les critiques et historiens de l'art, la production de Cindy Sherman développe une problématique liée au regard porté sur la femme à travers l'image. Bien que l'artiste soit le modèle quasi exclusif de ses photographies (certaines des plus récentes cependant ont pour objet des mannequins désarticulés), on ne peut pas assimiler sa production à un travail sur l'autoportrait. Bien plus que la propre personne de l'artiste, ce que met en question cette œuvre c'est la perte de l'individualité et la normalisation des typologies imposées par les conventions sociales et les figurations médiatiques.Un corps sans identité, qui réactive dans le cadre de l'image le simulacre de la société. La mise en scène, plus ou moins discrète ou élaborée, met en avant le jeu de la représentation, les rôles que chacun endosse au quotidien.
Toutes les images sont porteuses de stéréotypes et ce sont donc les peintures classiques autant que les affiches publicitaires, les illustrations de magazines, les héroïnes de cinéma ou du commerce de l'érotisme, qui animent l'œuvre de Cindy Sherman. Elle s'approprie les codes identitaires autant que les différents genres visuels (page centrale, photographie de mode, portrait historique, film stills, etc.).
 

La collection

Cindy Sherman

Sans titre #106

1982

La collection

Cindy Sherman

Sans titre #107

1982

Éditions

Cròniques Fotogràfiques : Col.leccions del Musée d'Art Moderne de Saint-Etienne Métropole i de l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne & Rhône-Alpes

2009

Fundació Vallpalou
Éditions

L'inventaire

1988

FRAC Rhône-Alpes
La collection

Cindy Sherman

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Cindy Sherman ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/41_cindy-sherman
imprimé le 06 décembre 2019 [19:39] depuis l'adresse IP : 3.215.182.36
© Institut d’art contemporain 2019