Ernst Ludwig Kirchner

Né en 1880 à Aschaffenburg (Bavière, Allemagne). Décédé en 1938 à Frauenkirch (Suisse)

Artiste majeur du courant expressionniste allemand, Ernst Ludwig Kirchner (1880-1938) est également la figure centrale du groupe Die Brücke qu'il fonde avec Fritz Bleyl, Erich Heckel et Karl Schmidt-Rottluff en 1905. Souhaitant rompre avec le style académique, le groupe d'avant-garde se caractérise également par le désir de faire le « pont » entre des formes d'art passé (Dürer, Grünewald…) ou récemment « reconsidéré » (art primitif, oriental, indien…) et une pratique artistique résolument contemporaine. Ainsi, en plus de la peinture ou de la sculpture, Kirchner reprend notamment à son compte des techniques traditionnelles de gravure sur bois1 et s'inspire du pouvoir émotionnel de l'art du Moyen Âge ou du cadrage de l'art japonais, pour proposer un langage formel novateur d'un style d'une rare tension. Parallèlement, il développe une pratique photographique (autoportrait, portrait, nu, vue d'atelier, d'exposition, scène de la vie campagnarde…).
De Dresde à Munich, où il étudie l'architecture de 1901 à 1905, en passant par Berlin (1911-1915) ou les grands espaces de Davos (1917-1926), les villes et les lieux de nature que l'artiste côtoie portent les « motifs » majeurs de son œuvre. Le paysage, l'effervescence des rues berlinoises (qui donnera notamment lieu aux « Großstadtbilder », [toiles de la grande ville]), les scènes de montagne sont quelques-uns des grands thèmes qui nourrissent sa production. Dans les années 1920, Kirchner jouit d'une grande notoriété dont témoignent plusieurs expositions en Allemagne et en Suisse. C'est également durant cette période qu'il réalise la commande d'une peinture murale pour le Folwang Museum d'Essen. En 1928, il participe à la Biennale de Venise.

Plus tard, le style expressionniste de ses œuvres le désignera aux yeux du régime nazi comme un représentant de « l'art dégénéré2 » et conduira à ce que plus de 600 de ses œuvres soient retirées des musées allemands, puis vendues ou détruites. Dépressif, profondément blessé par cette destitution, par le cours de l'Histoire et par l'imminence de la guerre, il se suicide en juin 1938. Sur les 140 sculptures de Kirchner qui ont pu être identifiées, il n'en reste aujourd'hui que quelque 80. Détruites par les nazis ou par l'artiste lui-même, un nombre important d'entre elles persiste à travers leur captation photographique.

La collection

Ernst Ludwig Kirchner

Sans titre

vers 1925

La collection

Ernst Ludwig Kirchner

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Ernst Ludwig Kirchner ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/34_ernst-ludwig-kirchner
imprimé le 11 décembre 2019 [04:32] depuis l'adresse IP : 18.207.238.169
© Institut d’art contemporain 2019