Anne Petrequin

Née en 1952 à Paris (France)
Vit et travaille à Lyon

Diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 1976, Anne Petrequin poursuit un travail de dessin et de gravure explorant le geste d’incision comme une métaphore « du creux et de la grotte1» un mouvement qu’elle déploie dans de petits formats « restreints, apparemment clos2» et dont les limites sont à repousser. En 1987, elle participe à l’exposition Gravures et Dessin au Musée d’Art Contemporain de Lyon, en 1988, au 33e Salon de Montrouge, puis elle devient professeur de lycée et chargée d’enseignement à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne en 2001. En 2008, elle poursuit ses recherches esthétiques et devient docteur en Arts plastiques et Sciences de l’Art en soutenant une thèse intitulée « Évitement Évidement Évidence. De l’image gravée à l’image collectée ». Son travail démultiplie des images petits formats tantôt collectées, tissées ou gravées, qui invitent le spectateur à concentrer son regard sur des figures « esquissées, presque abstraites3». Ses dessins se composent de motifs récurrents : le lièvre, l’œil, le crâne, et côtoient des étiquettes qu’elle collectionne et confronte à son trait, comme des contrepoints dont la présence marque la distance « entre l’imagerie et l’art sériel4».

L’œuvre d’Anne Petrequin s’articule autour d’une question : « L’œuvre ne fait-elle pas trou un moment ?5 » et explore les conditions esthétiques de la série au moyen de divers modes de duplication et de glissements de sens s’aventurant jusqu’aux plus imperceptibles nuances. Au fil des années, Anne Petrequin accentue le confinement de ses dessins dans des boîtes blanches dont les arrière-plans sont considérés comme « des décors de théâtre miniatures6». Au sein de ces espaces restrictifs, l’artiste conçoit des figures fluides et fugaces qui poursuivent le rêve de « fixer le lièvre7». Difficile à saisir, l’animal est pour l’artiste une métaphore d’un art ambivalent qui serait à la fois sujet de confinement et de fuite. Cette expression se rapporte également au dessein d’Anne Petrequin de      « se démarquer de l’illustration8» en se tenant continuellement sur une crête entre les deux disciplines.

La collection

Anne Petrequin

Celui qui veut celle qui

1985

La collection

Anne Petrequin

Hep !

1985

La collection

Anne Petrequin

L'un qui court et l'autre ailée

1985

La collection

Anne Petrequin

Grotte et chimères

1985

La collection

Anne Petrequin

Et la lune donnait

1985

La collection

Anne Petrequin

Le Poids du ciel 1

1985

La collection

Anne Petrequin

Le Poids du ciel 2

1985

IAC → Anne Petrequin ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1592_anne-petrequin
imprimé le 15 décembre 2019 [17:19] depuis l'adresse IP : 34.237.51.159
© Institut d’art contemporain 2019