Anish Kapoor

Full

1983

Core wood , polystyrene foam covered with coated pigments in blue and black powder
97 x 200 x 200 cm

Full [Plein], créée en 1983, a été acquise par le FRAC Rhône-Alpes en 2004. Il s’agit d’une des pièces maîtresses de la collection IAC, Villeurbanne/ Rhône-Alpes. En 2013, cette œuvre a été montrée dans l’exposition Transformations au Plateau – Hôtel de la Région Rhône-Alpes dans le cadre des Pléiades (30 ans des FRAC). À l'automne 2015, elle est présentée dans l’exposition One More Time. L'exposition de nos expositions au Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) de Genève.

Full s'inscrit dans la continuité des Powder Pieces. Il s'agit d'un ensemble de cinq éléments disposés au sol dans un rayon approximatif de deux mètres selon un agencement précis : deux éléments bleus et deux éléments noirs encadrent un cinquième élément central dont un côté est bleu et l’autre noir. Cette configuration construit un carré formé de deux rectangles égaux distingués par leur couleur respective. Les formes, en polystyrène expansé et à la connotation végétale ou organique, sont recouvertes de pigment en poudre bleue et noire.
L'emploi des pigments évoque à la fois la tradition du monochrome et le symbolisme d'un rite indien, la fête des couleurs (Holi) qui invite les hindous à accueillir le printemps en lançant sur les participants habillés de blanc des pigments de couleur. L'œuvre conserve pour autant toute sa dimension mystérieuse. Elle joue de dualités telles que celles du positif et du négatif, de l’obscurité et de la lumière ou encore du féminin et du masculin et nous rappelle que pour Anish Kapoor les artistes ne créent pas d'objets, mais des «mythologies ». (Interview d'Anish Kapoor par John Tusa pour BBC Radio, février 2009)

→ Anish Kapoor

Anish Kapoor, Full, 1983, exposition So British! Galerie Poirel, Nancy, 2003. © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Anish Kapoor, Full
i-ac.eu/en/collection/266_full-ANISH-KAPOOR-1983
printed on December 08, 2019 [00:02] from IP address : 18.205.60.226
© Institut d’art contemporain 2019